Poissons

L'estuaire de la Loire offre aux poissons des eaux plus ou moins salées, plus ou moins turbides, plus ou moins oxygénées.
Dans les inventaires réalisés entre 1977 et 2016, le protocole cible les espèces bentho-démersales. Il n’a pas pour objectif d’avoir une vision exhaustive du peuplement, mais souligne la fonction de nourricerie et d’alimentation assurée par les vasières.

Sur les 27 inventaires analysés, 79 espèces, représentant six guildes écologiques, sont recensées entre Oudon et l’estuaire externe. Seulement une partie (20%) fréquente régulièrement l’estuaire et très peu d’entre elles y effectuent tout leur cycle biologique, beaucoup y viennent pour se nourrir et grandir. D’autres espèces, encore, transitent par l’estuaire pour aller et venir entre mer et rivière.
Les espèces marines sont dominantes aussi bien en nombres d’espèces qu’en abondance. Elles font de la zone polyhaline la partie de l’estuaire à la richesse spécifique la plus forte. Certaines espèces marines colonisent activement l’estuaire au stade juvénile à des fins trophiques : les vasières représentent des zones de nourriceries essentielles pour ces espèces, dont la sole et le bar sont les principaux représentants.
Entre Cordemais et Saint-Nazaire, sole, flet, bar et gobies sont les espèces le plus fréquemment retrouvées en quantité importante depuis 2006. La sole domine le peuplement, excepté en hiver.


 

 

 

 

 

 

 

 

Source : GIP Loire Estuaire

Illustration, graphique

Répartition de la richesse spécifique par guilde écologique

Depuis 1977, 79 espèces de poissons ont été inventoriées dans l’estuaire de la Loire. Plus de la moitié des espèces sont d’origine marine.

 

 

Richesse spécifique par domaine halin et par inventaire

Le nombre d’espèces suit en général un gradient croissant de l’amont vers l’aval, lié au gradient de salinité : le nombre d’espèces est plus important dans la partie la plus salée de l’estuaire (polyhalin).

 

 

Densité moyenne par domaine halin des inventaires DCE en automne

Les densités de poissons sont beaucoup plus faibles en amont, dans le domaine oligohalin. Les vasières du domaine mésohalin abritent généralement les abondances les plus fortes.

 

 

Densité moyenne par domaine halin des inventaires DCE au printemps

Les densités varient aussi selon les saisons. Les quantités de poissons présents dans l’estuaire sont généralement plus élevées en début d’automne qu’au printemps. A cette saison, les apports en eau douce sont encore importants, donc les salinités faibles, ou les températures sont trop basses pour que certains poissons marins entrent dans l’estuaire.

 

Densités par inventaire et par zone entre mai et octobre depuis 1993

Les surfaces de vasières ne sont pas distribuées uniformément le long de l’estuaire. La superficie des surfaces marnantes entre Cordemais et Donges (secteur intermédiaire) est 3 fois moindre qu’entre Paimbœuf et Saint-Nazaire (secteur aval). Le secteur intermédiaire, entre Cordemais et Donges, semble davantage exploité depuis 2006, au détriment du secteur aval. Cependant, les fortes densités mesurées certaines années compensent la plus faible surface de vasières disponibles dans cette zone.

 

Biomasses par inventaire et par zone entre mai et octobre depuis 1993

L’analyse de l’ensemble des inventaires semble montrer l’augmentation des biomasses de poissons. Mises à part les années 2008 et 2011, les biomasses sont en effet plus élevées depuis 2006 que dans les années 1990. En 2008, le mauvais recrutement des soles et les débits soutenus jusqu’en juillet peuvent expliquer ces résultats. En 2011, l’étiage particulièrement précoce, long et marqué, entraînant notamment des déficits en oxygène dissous dans l’estuaire explique au moins en partie les faibles biomasses mesurées.

 

 

Aire de répartition maximale des espèces les plus fréquentes lors des inventaires des printemps 2011 (149 m3/s) et 2013 (1511 m3/s) avec les domaines halins correspondants

Les aires de répartition des différentes espèces varient en fonction des conditions hydrologiques et environnementales. Les espèces d'origine marines ne sont présentes qu'en aval de Nantes. La comparaison des 2 situations hydrologiques extrêmes des inventaires montre que les aires de répartition des principales espèces marines sont bien corrélées aux débits et donc à la salinité.

Réalisation : GIP Loire Estuaire

 

 

Inventaires de l'ichtyofaune réalisés dans l'estuaire de la Loire

Depuis 1977, 27 inventaires, réalisés dans l'estuaire à différentes saisons, parfois sur une année entière, ont été recensés. Le protocole d'échantillonnage est semblable : des traits de chalut sont effectués sur le fond, principalement sur les vasières.

 

Réalisation : GIP Loire Estuaire

Pour en savoir plus

Demi-journée scientifique : 19/11/2013

Rôle biologique des grèves et vasières de l'estuaire de la Loire

Mardis muséuM, les rendez-vous de la science : 4/06/2013

Nage en eau trouble: lieux de passage et de vie dans les eaux estuariennes

Campagnes d'acquisition de données

Inventaire poissons hiver 2010